Smart : menace sur le site d’Hambach (Moselle)

 

Coup de tonnerre à Hambach (Moselle) vendredi dernier quand les salariés de l’usine qui produit les modèles Smart depuis 1998 ont appris que le directoire du groupe automobile Daimler a l’intention de se séparer de leur usine et qu’il cherche un repreneur pour une vente programmée d’ici l’été 2021, voire fin 2021.

Pour Daimler, la raison de cette vente réside dans la surcapacité de son ensemble de production. Les objectifs de 60 000 voitures à l’année sont tombés aux environs de 10 à 15 000 seulement.

Chez les 1560 salariés de l’usine, c’est la stupéfaction et l’abattement qui prédominent.

En effet, souligne le délégué syndical CFTC Emmanuel Benner, la production de deux modèles Mercedes dont un électrique devait démarrer cet automne en bénéficiant d’un investissement de 500 millions d’euros. Ce lancement devait prendre le relais de la Smart électrique puisque la fin de sa production en France a été annoncée en mars 2019 : la production sera délocalisée en Chine à partir de 2022/2024.

On ne compte plus les sacrifices consentis par les salariés pour maintenir la compétitivité du site et répondre aux demandes pressantes de la direction. Ainsi ils avaient accepté en 2015 de repasser à un rythme de 39 heures hebdomadaires payées 37 heures. Ainsi que la suppression de RTT pour les ETAM et cadres.

Mardi, un candidat s’est montré intéressé pour racheter le site : il s’agit d’Ineos Automotive qui produirait sur place sa nouvelle gamme de véhicules 4×4. Le choix d’un tel véhicule est selon la CFTC « rétrograde » et non compatible avec de futures productions électriques, même si ce constructeur britannique créé récemment est un « grand producteur d‘hydrogène ».

Les élus sont montés au créneau mardi. Trois parlementaires (députés) de ce territoire ont écrit un courrier au président de la République pour lui demander solennellement d’intervenir pour sauver le site Smart. Pour eux, « la fermeture du site entraînerait des conséquences catastrophiques pour le bassin d’emploi de Moselle-Est ».

Le CE européen s’est réuni hier en présence du représentant du CSE Smart France. L’ensemble du CSE Smart exige que la non-fermeture du site soit garantie par écrit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Smart : les syndicats reçus ce matin à Bercy

  Les représentants de l’intersyndicale ont été reçus ce matin à Bercy par la ministre déléguée à l’industrie Agnès Pannier-Runacher, ce qui n’était pas prévu...

Smart : la CFTC à Bercy avec l’intersyndicale avant une manifestation vendredi

  Ce matin, les délégués syndicaux de l’usine automobile Smart à Hambach (Moselle) se rendent à Paris au ministère de l’économie pour une rencontre qui...

Journée d’action européenne concernant le rapprochement Alstom-Bombardier

  Cinq mois après l’annonce par Alstom de son projet d’acquisition de Bombardier Transport, c’est toujours l’incertitude pour les salariés. Sur le site de Reichshoffen,...

Nous Connaître

Dans un monde en constante évolution construisons un nouveau contrat social

CDD, CDI, intérim, chômage, formation, temps partiel, création d’entreprise, congé parental, les risques de rupture qui jalonnent la vie professionnelle se multiplient… La vie d’un actif ne saurait se résumer au statut de salarié. La souplesse est de mise, mais elle ne doit pas être un engrenage vers la précarité.

Découvrez notre projet

Retrouvez la CFTC Métallurgie sur :

Téléchargez le magazine

Téléchargez le magazine

Téléchargez

Adhérez

Adhérez à une organisation syndicale, pour être acteur de votre vie professionnelle.

La CFTC, c’est vous !

Rejoignez la CFTC

Contact

Contactez la fédération ou l’un des syndicats CFTC Métallurgie

Nous écrire

Toute la CFTC Métallurgie dans votre poche

Découvrez l’application mobile disponible sous iOS et Android  et soyez informé(e) en temps réel des dernières actualités de la CFTC Métallurgie.