Transition énergétique, écologique et syndicale

Dès sa création, la CFTC s’est donné comme mission de construire la protection sociale en regardant les enjeux de la société du moment dans la perspective de la société qui vient. Ça a été la promotion des femmes, la formation professionnelle, les congés payés, l’assurance chômage et maladie, la retraite, l’épargne salariale, etc. Tous ces dispositifs, vous les connaissez bien. Ils sont issus des 30 glorieuses. Pour la société d’aujourd’hui et celle qui vient, la CFTC a construit et promu le statut du travailleur ; pour la société de demain, elle imagine un monde où le travail humain sera plus rare ; où la pyramide des âges posera la question des retraites, de la dépendance ; où le rapport au temps, à l’espace et à la puissance technologique seront profondément modifiés ; cela, nous le voyons déjà advenir. Nous constatons que le gigantisme détruit le lien social et nous vivons déjà la tension entre un monde ancien qui continue, fait de fusions/acquisition, de dominations industrielles, économiques, financières et politiques au détriment du lien social et des peuples. Et de l’autre côté, le monde très dynamique des petites entreprises, des start-ups et des reconversions personnelles où « small is beautful », « moins est mieux », où le lien social libère la vie. Nous voyons la nécessité des investissements en R&D efficace, enthousiastes, orientées vers le service aux personnes et la sobriété en ressources naturelles. La meilleure des protections sociales et sociétales à court et moyen terme est dans notre dynamisme créatif – y compris technologique – en vue du service des personnes à moindre coût environnemental. Ainsi, la CFTC doit-elle appuyer sans réserves les investissements de R&D en ce sens, notamment dans la métallurgie qui est la branche de l’ingéniérie high tech concrète.

Mais la CFTC voit aussi venir les conséquences sociales de la question monétaire, de la question écologique et climatique et elle doit désormais y préparer les salariés.

La question monétaire : notre économie est devenue majoritairement financiarisée, hors sol. Les dettes publiques et privées sont gigantesques : plusieurs fois le PIB, non remboursables. Le secteur bancaire et boursier est extrêmement fragile. Dans le cas où le système exploserait, ce que tous les chercheurs annoncent, les travailleurs doivent pouvoir vivre tout de même. Il faut s’y préparer. Le risque est un chômage terrifiant, un appauvrissement général du fait d’une monnaie sans valeur et de fermetures d’entreprises pour des raisons de bilan déprécié, d’incapacité à assurer les paies ni d’investir, etc. Les pensions de retraites, les allocations chômage également seront impactées. Puisque les décideurs ne veulent pas dévoiler la vérité pour piloter le dégonflement des bulles spéculatives, la décroissance sera brutale et subie. Il faut s’y préparer socialement en ré-enracinant les travailleurs dans la vie réelle. Le premier lieu des solidarités humaines est la famille. Le premier lieu des solidarités naturelles est la terre (si on la ménage, car « la terre, elle, ne ment pas »). La CFTC invite donc les salariés à prendre le temps de redécouvrir la terre et à la cultiver pour s’en nourrir ; en familles, en quartiers. Un exemple nous a été donné à Detroit, comme signe anticipant la réalité post-financière et post-industrielle. Ainsi, les comptes-épargne temps, l’épargne salariale, les activités de C.E. doivent anticiper ce risque en étant utilisés pour se préparer au monde qui vient.

La question écologique et climatique nous projette également dans un nouveau besoin social et la nécessité d’inventer de nouvelles solutions : l’industrie du transport va beaucoup évoluer : automobiles, ferroviaire, aéronautique. On peut s’attendre à un dégonflement radical du transport aérien : les régions concernées vont souffrir. Comment anticiper ? imaginons Toulouse sans Airbus….

Au niveau planétaire, les migrations ne vont que s’amplifier. Il faut partager ou envisager la guerre. Il y a une culture de la disponibilité à acquérir ; il y a une culture de la transmission à entretenir ; il y a une culture de l’exercice juste du pouvoir et de la responsabilité à développer.

Les maladies liées aux modes de production agricole, aux pollutions et aux modes de vie augmenteront drastiquement les coûts des soins médicaux. Il nous faut envisager un système vertueux d’encouragement à des modes de vie sains, même si on ne pourra pas enlever des sols et des eaux (et des aliments) tous les perturbateurs, toutes les molécules, tous les plastiques qui s’y trouvent déjà. Au moins devons-nous retrouver une sobriété dans notre consommation, nos déplacements, retrouver le temps d’une activité physique régulière. C’est l’un des buts de la QVT, qui n’est pas tant l’augmentation de la performance individuelle que la recherche d’une vie sensée et durable, pour nous et pour les générations à venir. Cela change complètement la vocation des œuvres sociales des C(S)E. A leur création, les CE ouvraient les portes des voyages, ouvraient l’accès à la culture et aux loisirs : c’était le besoin social du moment et l’enjeu d’une société de consommation de masse et du développement des personnes qui découvraient le monde. Aujourd’hui, l’enjeu est tout autre, et la mission des œuvres sociales des C.S.E. évolue vers l’apprentissage de modes de vie qui préparent l’avenir et celui de nos enfants. La connaissance des peuples avec lesquels nous habiterons (phénomènes migratoires) ; la connaissance et la mise en pratique des systèmes de production vivrière urbaines et péri-urbaines ; l’éducation à la vie avec des ressources raréfiées, particulièrement en eau et en énergie, mais aussi alimentaires ; l’éducation au temps long, voire à la lenteur parce qu’elle est plus sobre en énergie ; la culture du vrai prix des choses, celui qui inclut le social et les générations futures.

Le défi est enthousiasmant : réinventer le syndicalisme, acquérir de nouveaux droits parce que nos devoirs changent, préparer le monde qui vient pour que ce soit, malgré tout, un monde où le bonheur vrai est possible. Voilà, en vérité, le travail de la CFTC dans les C.S.E et dans les instances nationales et internationales : au nom de la dignité humaine des générations présentes et futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Pourquoi nous étions dans la manif à Paris ce 10 décembre

La CFTC métallurgie des Yvelines était, pour la deuxième fois, dans la manifestation contre le projet de réforme des retraites. Pourquoi ? Précisons tout d’abord que...

Travailler plus? On le fait déjà !

Pour le CERAS, Centre d’Etude et de Recherche en Action Sociale, duquel la CFTC est partenaire, le Travail est toute activité humaine créatrice de valeur...

Brouiller les pistes pour asseoir son pouvoir

Telle est la thèse développée par Jérôme Sainte-Marie dans son livre :”Bloc contre Bloc, la dynamique du macronisme”. Ce qui suit n’engage pas cet auteur...

actualités CFTC métallurgie

Florent Veletchy sur “Captain CSE”

  La chaîne Youtube Captain CSE (“bienvenue dans l’océan des CSE”) a interviewé récemment Florent Veletchy, de la CFTC Airbus, sur ses fonctions à la...

L’aéronautique de demain

Le 21 octobre 2021,  la Fédération CFTC Métallurgie organisait une série de conférences sur l’aéronautique du futur. Parmi les invités, Pierre Duval, expert aéronautique, spécialiste...

Revue de presse de la CFTC Métallurgie

Pour complétez cette revue de presse, suivez-nous également sur Twitter  JANVIER 2022 La Dépêche La première Alpine électrique sera produite à Dieppe : Renault va...

Nous Connaître

Dans un monde en constante évolution construisons un nouveau contrat social

CDD, CDI, intérim, chômage, formation, temps partiel, création d’entreprise, congé parental, les risques de rupture qui jalonnent la vie professionnelle se multiplient… La vie d’un actif ne saurait se résumer au statut de salarié. La souplesse est de mise, mais elle ne doit pas être un engrenage vers la précarité.

Découvrez notre projet

Retrouvez la #Yvelines sur :

Téléchargez le magazine

Téléchargez le magazine

Téléchargez

Adhérez

Adhérez à une organisation syndicale, pour être acteur de votre vie professionnelle.

La CFTC, c’est vous !

Rejoignez la CFTC

Militez

Militer à la CFTC, c’est être constructif et faire vivre un projet de société.

Militez avec la CFTC

Toute la CFTC Métallurgie dans votre poche

Découvrez l’application mobile disponible sous iOS et Android  et soyez informé(e) en temps réel des dernières actualités de la CFTC Métallurgie.